Une expérience humaniste dans l'espace public pour 9 comédiens, 120 barrières Vauban et 180 spectateurs

Les spectateurs sont accueillis par les comédiens dans un espace, entre réalité et espace de jeu. Les ouvreurs donnent à chaque spectateur un ticket. Jusque-là tout semble normal. Accueillis en musique, les spectateurs sont parqués dans un sas d’attente. Ils sont pris en charge par des vigiles et la pression monte d'un cran. Chaque comédien est dans un cadre, enfermé et en même temps libre de partir. Mais qu'est-ce qui fait qu'on ne brise pas ce cadre ? 

« Commune Révolte vous offre, dans un cadre légal et sécurisé, le renouveau que vous espérez tous ! Oubliez le problème, accueillez la solution ! Allons de l'avant, en marche, dans le changement, au boulot, haut les cœurs, haut les bras, les mains en l'air, tous ensemble, en mouvement ! Et que ça saute ! » 

Ces comédiens c'est vous, c'est nous, c'est le public. Juste des êtres humains, des citoyens qui se posent des questions et ne savent pas forcement y répondre. Dérangé, provoqué ou ému par le texte de Thomas Suel, le spectateur sera guidé très fermement de cadre en cadre, d'une parole à l'autre, dans un des groupes numérotés de 1 à 6.    

 « On apprend à se taire, on apprend à suivre.»    

 Le public est plongé dans des rapports différents au texte et aux comédiens. Il est tour à tour promené, enfermé, sollicité à recréer l'espace, contraint et accompagné, jusqu'à être invité à prendre la parole. On lui chuchote, on lui chante, on lui crie le texte toujours dans un rapport direct, une certaine intimité. On le contrarie, on le titille, on le questionne sur son rapport à la politique et à l'espace commun.  

« Vous avez remarqué?  T’es la terre t’es la terre t’es la terre tourne la terre tourne et la terre tourne et là t’es r’tourné. »

Une mise en scène et une écriture de questionnement autour de la révolte et de l’insurrection, autour de la rue et pour la rue. Comment des mouvements inattendus et localisés, qui naissent de plus en plus désorganisés, peuvent-ils mobiliser subitement des gens qui, d’habitude, ne se mobilisent pas ou peu ? Comment un mouvement local, une grève ou une manifestation arrivent-ils à embraser un pays entier ? Comment certains militants parviennent-ils à entretenir cette mobilisation ? Quels sont les enjeux pour le peuple, les motivations ? Comment la rue devient le théâtre du soulèvement ? Qu’est ce qui nous révolte aujourd’hui ? Pourquoi le peuple se résigne-t-il ? Pourquoi on parle et pourquoi on se tait...

Faire vivre la révolte, frôler la révolte, susciter l'envie de se révolter ou pas c'est ce qui est proposé au spectateur de Commune Révolte. Il est au cœur de la proposition. 

Jimdo

You can do it, too! Sign up for free now at https://jimdo.fr/